Bartolomeo PACCA

Bartolomeo Pacca fut le fils d’Horace Pacca, marquis de Matrice et de Christine Malaspina d’Olivola.

Il reçut une éducation chez les jésuites à Naples puis intégra le collège Clémentin à Rome et entra en 1778 à l’Académie ecclésiastique de Rome. Proche de Pie VI, celui-ci le fit camérier secret le 31 mai 1785 puis le nomma archevêque de Damiette et nonce apostolique de Cologne. Il resta en Allemagne jusqu’en 1794 puis il fut nommé nonce apostolique près de la cour du Portugal de 1795 à 1802. Proche du prince don Juan et de la famille royale, il maintint l’influence de l’Eglise dans ce pays alors que toute l’Europe était secouée par la Révolution française et la guerre.

Pie VI

Pie VII

Pie VII le nomma ensuite cardinal et Bartolomeo revint à Rome d’où il s’éleva pour protéger les biens et les droits de l’Eglise en France. Enlevé à Rome avec le pape Pie VII en 1809 par les armées napoléoniennes, les deux hommes furent transportés ensemble jusqu’à Grenoble avant d’être séparés et incarcérés. Bartolomeo fut transféré dans le Piémont, à la forteresse de Fenestrelle, la plus vaste d’Europe (1 300 000 m²) où il resta prisonnier pendant trois ans et demi.

En 1813, Pie VII qui négociait avec Napoléon un concordat fit pression pour que le Cardinal soit libéré et les deux hommes se retrouvèrent à Fontainebleau au mois de février. Ensemble, ils rentrèrent à Rome l’année suivante et Bartolomeo fut nommé pro-secrétaire d’Etat et ministre des Finances de l’Etat pontifical. C’est à cette époque qu’il fit restaurer l’arc de Triomphe de Tite.

Bartolomé Pacca derrière le pape Pie VII lors de la visite à Modène en mai 1815 et lors de la rencontre avec le duc François IV (petit-fils de Marie-Thérèse Cybo-Malaspina) et son épouse Marie-Béatrice de Savoie. (Copie d’un tableau de Geminiano Mundici peint en 1851, aujourd’hui exposé de palais épiscopal de Modène).

Il occupa jusqu’à la fin de sa vie d’importantes fonctions, fut pro-dataire du Saint-Siège puis évêque d’Ostie et enfin archiprêtre de Saint Jean de Latran. IL fut un collaborateur des papes Léon XII, Pie VIII et Grégoire XVI.

Cet ecclésiastique a marqué son temps et l’histoire de l’Eglise durant cette période troublée en se posant comme un défenseur des droits de l’Eglise. Son dernier discours, prononcé en 1843 à l’Académie romaine de la religion catholique, Sur l’état actuel et les destinées futures de l’Eglise catholique fut particulièrement remarqué.

Il mourut quelques mois plus tard, en 1844 à Rome.

Ses travaux :

Memorie storiche della nunziatura di Colonia Dei grandi meriti verso la Chiesa Cattolica del clero dell' Universita e de' Magistrati di Colonia nel secolo XVI

Memorie storiche del ministero de' due viaggi in Francia e della prigionia nel Forte di San Carlo in Fenestrelles

Notizie sul Portogallo e sulla nunziatura di Lisbona

Memorie storiche per servire alla storia ecclesiastica del secolo XIX (1809-1814)

Notizie storiche intorno alla vita e gli scritti di Mons. Franc. Pacca, arcivescovo di Benevento (1752-1775).

Mémoires historiques du cardinal Pacca sur les affaires ecclésiastiques d'Allemagne et de Portugal pendant ses nonciatures