Anna MALASPINA della BASTIA

 

Annetta Malaspina naquit à Sienne le 28 novembre 1727. Elle était la fille de Dejanira Malaspina de Podenzana et de Giovan Cristoforo Malaspina de Mulazzo. Elle épousa en 1751 Giovanni Malaspina della Bastia, gentilhomme de chambre à la cour de Don Felipe de Bourbon, fils d’Elisabeth Farnese et de Philippe V d’Espagne.

La cour de Parme était à cette époque très en vue en raison notamment des liens du Duc avec les grandes cours européennes et de l’éducation « éclairée » que le couple avait reçue. A cette époque, la ville de Parme avait la réputation d’être un « petit Paris » ou encore « l’Athènes italienne ». Parme était en effet une ville où se retrouvaient de nombreux artistes et où près de quatre mille Français résidaient, sous l’autorité d’un premier ministre lui aussi français : Guillaume du Tillot.

Annetta Malaspina, en raison de la noblesse de sa maison, fut nommée dame d’honneur de Louise-Elisabeth, la femme de Felipe de Bourbon et avait un rôle influent à la cour de Parme. Elle participait aux nombreux évènements culturels et mondains et accompagna à plusieurs reprises la duchesse Louise-Elisabeth à Paris lorsque cette dernière rentrait voir son père Louis XV. Les deux femmes restèrent à Versailles d’ailleurs de 1757 à 1760. A la cour de Versailles, Annetta Malaspina suscita même la jalousie de la marquise de Pompadour, favorite en titre du roi Louis XV. A la même époque, son frère Cesare était chambellan du grand duc Pierre-Léopold de Toscane.

Marie-Louise Elisabeth de France, fille de Louis XV.

En 1765, la marquise accompagna à Gênes la princesse Louise-Marie lors de son départ pour l’Espagne où elle partait épouser le prince des Asturies, le futur Charles IV d’Espagne.

Charles IV d'Espagne.

Marie-Louise de Bourbon Parme.

Après le remerciement de du Tillot -de qui la marquise était très proche- et l’effacement de l’influence française au profit de l’autrichienne après l’arrivée à Parme de la duchesse Marie-Amélie, fille de l’impératrice Marie-Thérèse, Annetta parvint quelques temps à garder son influence à la cour mais dut partir au début des années 1770.

De nombreux artistes continuèrent pourtant de célébrer sa beauté et ses qualités jusqu’à sa mort en 1797.